Concerts

Newsletter CCV

 

Journal de bord #1


Passé ma journée à rater mon train pour Paris, après un concert filmé avec Yann Tiersen dans un petit théâtre d'Avignon.
Une journée de répétition foutue, au final.


Reclus dans le studio parisien, enfin, où je répète, en tête à tête avec moi-même, quelques nouvelles versions, essayant notamment d'adapter à la scène quelques morceaux d'Oslø Telescopic.
Un soir concert de Gonzales à l'Elysée Montmartre un peu longuet mais bien marrant.


Photo prise par Xavier Jacques à Giverny Répétition au Grand Logis, à Bruz, près de Rennes, un beau théâtre. Je teste les nouvelles choses auprès de mes camarades de tournée. Didier, l'éclairagiste, installe la structure qui nous suivra le reste de la tournée, un arc de cercle en gélatine, qui permet de bien belles choses en lumière. Beaucoup d'alcool tous les soirs, comme toujours dans ces périodes là.

Soir du concert. Mes trois compères de tournée et moi-même stressons comme si c'était la toute première date en solo, on se fout une pression pas possible, parce que trop de gens de connaissance dans la salle (parents des uns et des autres, amis, l'ex Cocteau Twins Robin Guthrie et sa femme, récemment installés dans le coin…). Le début du concert est crispé, mes doigts m'obéissent à grand peine. Ca se décoince en chemin, mais rien d'exceptionnel. Les réactions sont bonnes, et Charles, qui me fait tourner, relance l'idée de filmer les concerts de Paris. Un peu cramé, Didier lance le nom de Grandrieux (sombre). Pas assez gothique pour lui à mon avis.


Concert dans la charmante ville de Fresnes, sa maison de correction, sa maison de détention. C'est un Festival, le Festival de Marne, où on est accueillis très moyennement (pas moyen de savoir qui est qui et qui fait quoi, comme dans tout mauvais festival qui se respecte) pou une soirée avec San Severino (excellente idée de programmation les gars…). Emmanuel Plane, de Labels, me remet le long box en fin d'après midi, tout chaud sorti des presses. C'est encore plus beau que prévu, et même le contexte pourrave ne me fait pas bouder mon plaisir. Je passerai mes trois prochains jour à le retourner dans tous les sens, à le feuilleter dans tous les coins. En attendant, le concert est plutôt pas mal, je crois, décoincé par rapport à la veille, et je sens que la version de Contre-jour, sans guitare et face au micro sampler, va devenir un de mes moments fétiches.

RT @ValparaisoMusic: Le charme et la fragilité des premières fois... Il y a une semaine déjà, Valparaiso débutait sur les planches.... htt…
RT @LOreilleQGratte: La peur est mon pays. Peut-on l'écrire au titre du lieu de naissance sur la carte d'identité ? #DominiqueA #YRevenir
© 2017 - Comment Certains Vivent