Concert - Comment Certains Vivent

site officiel

Au printemps 2020, Dominique A et le l'Orchestre National des Pays de Loire proposeront des spectacles de Pierre et le Loup de Serge Prokofiev. 

Dim. 07 octobre 2007
Paris (75)

Théâtre du Châtelet
1 place du Châtelet - 75001 Paris
Website

Concert
"

Concert hommage à Barbara avec jeanne cherhal, roland romanelli, michel portal, françois salque et alexandre tharaud.

Attention ce concert n'est pas réservable : Ouverture des portes à 10h le concert débute à 11h00


Message posté par Aude le 13 octobre 2007 sur le forum :
Salut !

Les 4 très beaux moments de ce concert m'ont poussée à revenir par ici pour y chercher d'autres échos. Mais non, rien. Personne n'est allé voir "l'interprète" ? Un piano, un accordéon, un violoncelle, et une clarinette (A. Tharaud, R. Romanelli, F. Salque, M. Portal, s'il vous plait), pas banale, cette formation d'un matin, pourtant !

Le spectacle "Souviens-toi Barbara" (tout un programme) a commencé par des instrumentaux (c'est drôle comme une chanson, qui a existé, perd l'essentiel sans une voix incarnant le texte). Puis Jeanne Cherhal a (oublié les paroles de) chanté "Veuve de guerre", "d'elle à lui", "Toi tu dors", "Les amis de Monsieur" (parmi mes préférées du répertoire des débuts, ravie donc bien sûr tout de même). Puis encore des instrumentaux.
Puis Dominique A est entré (sur les applaudissements du morceau précédent à peine terminé, comme s'il voulait échapper aux "applaudissements pour son entrée à lui" ?). "j'ai tué l'amour". Peut-être mon imagination a-t-elle gambadé, mais j'étais stressée pour lui : la salle étant évidemment composée pour bonne partie de fans (fanatiques) de Barabara, la soixantaine bien (t)passée, comment cette voix d'homme allait-elle être accueillie ? Soulagement en entendant la salve. Je connaissais ce morceau, alors, la suite ?
"La solitude" (Wouah ! il a osé ?) Oh que oui ! Puis "Cet enfant-là" et j'ai su qu'une énorme lacune venait d'éclore dans mon univers (ou un énième tiret apparaitre dans ma liste des albums à emprunter à la médiathèque). Il a dit toute son émotion à chanter ce titre, qui l'avait beaucoup marqué adolescent, devant la personne (Romanelli) qui en a composé la musique. Il n'a pas fait que la dire, nous l'avons entendue : les mouvements du bras droit (plus doux que d'habitude, sans guitare dans les parages, mais bien présents), la voix douce, profonde, sûre. Enfin, "Dis, quand reviendras-tu ?" (Ooooh !) Voix qui s'effeuille à peine sur les notes aigues, juste fragile par instants.
Puis encore des instrumentaux. Enfin, deux duos : "Au bois de Saint-Amant", très joli, et "Göttingen" où le contraste entre la retenue de l'un, le manque de nuance de l'une fut troublant.
Ils n'avaient visiblement pas préparé de bis, alors A. Tharaud s'est cru obligé de demander à la salle de re-chanter "tous ensembles, cette fois, ce chef d'oeuvre qu'est Göttingen". Catastrophe assurée (surtout pour les pauvres spectateurs sur ma gauche, qui ont subi, les couacs d'une mamie en transe, 3 rangs derrière). Les deux "jeunes recrues de la chanson françaises" sont venus sauver les meubles sur les dernières mesures.
Beaucoup, beaucoup, beaucoup d'applaudissements.

Je suis curieuse de savoir comment Dominique A a vécu cette expérience.

Bon, et maintenant, retournons à ces Points Cardinaux.

 

"

RT @magicrpm: Le boss @CCertainsVivent est évidemment dans notre hors-série "Les Années Modernes", aussi passionnant que d'habitude. Il s'a…
Retour en 2007, quand Dominique A et Katerine racontaient leurs années d’amitié - Les Inrocks https://t.co/cZrqTKVOvi
Ce soir à 23h05 sur @F3PaysdelaLoire diffusion du documentaire « Dominique A le rock fragile » de Cédric Defert. 62… https://t.co/rt3wCX2cqH