:: INTERVIEW ::

 


Pour ce titre Les chanteurs sont mes amis, quel a été l'approche pour cette reprise ?

Faire une reprise d'un artiste que l'on aime n'est pas une mince affaire. C'est, en ce qui me concerne, une démarche réfléchie. On ne s'attaque pas à la chanson d'un ou d'une autre à la légère, je dirai même impunément. Je ne l'ai pas souvent fait car j'ai besoin que la chanson que je choisis soit un miroir, ait une résonance à ma vie, tout du moins représente un état d'âme avec lequel je dois être à l'aise. Ensuite, il faut absolument s'employer à ne pas "détruite" l'œuvre, rester fidèle à l'originale (accords, texte et mélodie, c'est évident) tout en imposant sa vision. Il faut parfois même "maltraiter" le morceau (quand on l'estime nécessaire) pour l'emmener vers sa propre originalité.
Pour ce qui est de "Les chanteurs sont mes amis", cela m'a pris beaucoup de temps. C'est une des chansons du répertoire de Dominique A. qui est la plus simple dans sa structure et son enchainement d'accords à mon sens, d'où la difficulté de s'y frotter.
Lorsque commentcertainsvivent.com m'a proposé un cover de Dominique A, cette chanson s'est quasiment imposée à moi dans l'heure. J'ai enregistré différentes versions avant celle que l'on peut écouter aujourd'hui et notamment une, guitare voix, beaucoup trop fidèle à mes oreilles. Il fallait que je trouve l'angle "inhabituel", j'avais déjà fait ça et ne pas se surprendre c'est ne pas surprendre l'auditeur. Ma décision finale fut le No Guitar ! Pas de guitare ! Juste des claviers et un beat électro, quelque chose de froid qui contrasterait avec la version folk et chaleureuse de l'originale. J'ai donc gardé les trompettes (jouées sur un piano midi et volontairement kitch) proposant quand-même un arrangement un peu différent. Mais pour le chant, je crois qu'il était difficile de s'éloigner du phraser originel.


Ton actualité ?
Elle est un peu floue je dirai. Après avoir maquettées à la maison un vingtaine de chansons avec le petit matériel dont je me suis servi pour la reprise, j'ai passé une semaine dans un studio du sud de la France avec un ingénieur du son afin d'enregistrer des versions plus abouties de quelques titres et voir ce qui pouvait se passer. Au final, on a quasiment rien ré-enregistré, on a gardé mes enregistrements démos, 98% de mes prises live guitare/voix et mes arrangements, en travaillant simplement les calages etc... Pour être honnête, et malgré un gros travail du technicien, je ne me satisfait pas du résultat ; en tout cas pour qu'il figure officiellement sur mon troisième album. J'aimerai beaucoup avoir les moyens de tout ré-enregistrer et, en attendant les rendez-vous qui vont bien avec la maison de disque et savoir si elle veut sortir un nouveau disque de Cyrz, je continue de remplir mes tiroirs et mes disques durs de chansons mélancoliques.


La musique que tu écoutes en ce moment ?
J'ai découvert Timber Timbre l'an dernier, leur univers musical m'a considérablement emballé ; j'ai écouté leur deux albums en boucle pendant plusieurs mois, et notamment sur les routes du Quebec récemment. J'écoute un groupe qui s'appelle Programme, très puissant tant textuellement que musicalement. Les premiers Buck 65, tout Hayden (un canadien digne successeur de Neil Young), l'avant dernier album de Herman Düne, le deuxième album de Grinderman, le troisième de Bill Callahan et tous les Smog et aussi Bonnie 'Prince' Billie que j'ai vu en concert à Feyzin il y a quelques jours. J'écoute toujours "L'imprudence" de Bashung, en permanence dans ma sélection pour la voiture, et tous les premiers de Gainsbourg, "Du chant à la une", ce magnifique enregistrement publique au Théâtre des Capucines de 1963 etc... Dernièrement, le nouvel album de Moriarty m'a beaucoup plu et puis des choses plus anciennes comme les albums de Vincent Gallo, The Kinks, Nirvana...


Pour la scène, préfères-tu la solitude avec ta guitare et ton harmonica, ou la présence d'un groupe à tes côtés ?
C'est très différents et cela ne dépends pas toujours de toi. Question complexe. Quand j'ai commencé à faire des concerts, j'étais seul et cela m'a permis d'en faire beaucoup grâce à ça ; j'étais "léger" pour les producteurs, c'est à dire que je ne prenais physiquement pas beaucoup de place sur scène, par conséquent le groupe ou artiste tête d'affiche n'avait pas besoin de bouger son matériel, le mien s'enlevait en un temps record...
J'aime la solitude, c'est un sentiment en voie d'extinction et c'est quasiment devenu un luxe de nos jours, mais j'aime choisir mes moments de solitude, ce qui n'était pas toujours le cas lors de certaines tournées.
Sur mon premier disque j'étais en solo la plupart du temps ; c'est une très bonne école pour faire ses premières armes lorsque l'on débute. Et puis j'ai eu l'occasion de faire une série de concerts avec un quatuor à cordes ; j'ai découvert la vie de groupe et j'ai beaucoup aimé ce partage. Quand tu es seul la notion de partage existe, évidemment, mais l'inter-action ne se fait qu'entre le public et l'artiste alors qu'en groupe elle existe aussi sur scène ; cette dernière phrase semble être une Lapalissade mais c'est une réalité dont on n'a pas toujours conscience lorsque l'on joue en groupe... Bref, tout ceci ne vous dis pas vraiment ce que je préfère entre le solo (solitude comme tu dis) ou le peu d'expérience que j'ai en groupe en tant que chanteur...
Ce que je préfère finalement, entre ces deux propositions, c'est être sur scène, accompagné ou non. Et quand je disais, en début d'exposé (rires), que cela ne dépendait pas de moi, je pensais à la série de concerts en duo que j'ai fait avec Mike (guitariste de Dionysos) sur mon deuxième album et à notre boite de production qui n'avait pas l'argent pour que l'on termine cette tournée ensemble... Je peux vous dire qu'on a pas besoin de ce genre de frustration quand on passe un an sur la création d'un disque et qu'on se retrouve le bec dans l'eau six mois après sa sortie.


Quelques mots sur ton instrument de prédilection ?
Je ne pense pas avoir d'instrument de prédilection (?) Je suis venu à la musique à l'âge de 14 ans avec la batterie, à la chanson à l'âge de 17 ans avec la guitare... ensuite j'ai appris à me servir d'une basse et d'un clavier, de façon assez médiocre je dois dire, pour enregistrer mes premières chansons sur un multit-pistes, un magnéto portable de journaliste des années 70... Quoi dire de plus ? Qu'en écoutant Bob Dylan mais surtout Neil Young, j'ai rapidement été attiré par l'harmonica, l'instrument par excellence pour accompagner la guitare lorsque l'on est seul en scène. Aujourd'hui il existe aussi des pédales de sample, bien pratique pour adapter ses chansons à la scène (à condition de ne pas en abuser bien sûr !). Je joue donc de quelques instruments par la force des choses mais d'aucun très bien. J'aurai pu faire une réponse plus courte en disant que la guitare est mon instrument de composition.


Une vie d'artiste est difficile à prévoir. dans quel corps de métier aurions-nous pu te croiser si tu n'avais pas fait de musique dans un cadre professionnel ?
En quatrième, je m'étais mis dans la tête que je serai Dessinateur industriel (?) ; j'étais assez doué, vous savez les plans de coupe, la géométrie, les perspectives etc... et un jour, un prof a complètement détruit cette espérance en me disant mot pour mot et plutôt sèchement : "tu transpires trop des mains pour faire ce métier !" Avec mon caractère de gentil garçon qui écoute ce qu'on lui dit, à l'époque, j'ai pas cherché plus loin et à partir de ce moment, je n'ai eu envie que de jouer au foot, faire de la musique, écrire des poèmes et faire le con avec mes potes.


Ta musique porte en elle une belle lumière. vis-tu toujours dans la Drôme ?
Je ne vis plus à Montéléger/Drôme depuis quelques années. Pour des raisons sentimentale, je me suis expatrié dans le Rhône... Mais j' y retournerai un jours c'est certain. J'en ai fait une chanson qui sera peut-être sur mon prochain disque, "Et si un jour (je quitte mon village)". La lumière n'est pas quelque chose de naturel chez moi. Je m'applique à la chercher voire la poursuivre et la capturer pour en saupoudrer mes chansons.


Tes projets à venir ?
À court terme, ou long terme, tout dépendra de la conjoncture, enregistrer mon troisième album, le sortir et le jouer sur scène le plus possible.
À long terme et si 2012 n'est pas l'année de la fin du monde : revenir à Montéléger !


 

Les chanteurs sont mes amis

 

Dominique Ané - Sacha Toorop
© 2001 Labels

Credits:
Cyrz ("avec mon petit matériel de démo")


Plus d'infos sur Cyrz :

 

https://fr-fr.facebook.com/cyrzmuzic
© 2017 - Comment Certains Vivent