Concerts

Newsletter CCV

 

Octobre 2009



Francois and the Atlas Mountains Quaisoir Boulbar

Par ailleurs, écoutés une fois seulement parce que juste reçus, trois disques français qui méritent vraiment que vous alliez y voir de plus près : chez l’excellent label Talitres (diffusant par chez nous The Organ, The National, Swell…), « Plaine inondable », de Frànçois and the Atlas Mountains , un bel opus franco anglais, impressionniste et gracieux, à l’image des aquarelles ornant l’objet ; et chez Roy Music, autre label français, les nouveaux albums à venir de Quaisoir, « Missiles », néo chanson mâtinée d’influences américana toujours très inspiré mélodiquement et aux arrangements chatoyants, et de Boulbar, « Requiem pour un champion », concept album intrigant autour de la chute d’un boxeur américain, une ambiance de polar musical de bon aloi, réalisé avec une fine équipe (musiciens de Mendelson, Jack the Ripper, Yann Tiersen…) et couplé à une bande dessinée de Vincent Gravé (éditions les Enfants Rouges) : beaux dessins, bonne musique et belle idée de rencontre artistique. Sortie en novembre pour le livre disque, et le disque seul, comme celui de Quaisoir, est téléchargeable sur www.roymusic.com.

R.J. Ellory Les livres, maintenant (comme tout ça file droit…) :
 -    « Seul le Silence » de R.J. Ellory , un polar élégiaque qui m’a méchamment embarqué, à la fois poétique (une gageure, vu le genre) et tendu comme un arc, sur la permanence du passé, la vie des morts, des thèmes qui, vous le savez sans doute si vous lisez ces lignes, me sont chers. Dommage que l’intrigue charrie son lot d’invraisemblances, mais c’est le genre qui veut ça, jamais lu un polar dont je ne me sois dit à un moment donné que c’était fort de café. A cette réserve près : essentiel, pas moins, avec une atmosphère qui ne vous lâche pas bien après lecture.

La chambre solitaire -    Je suis actuellement plongé dans « La chambre solitaire », de la coréenne Shin Kyong-Suk, paru chez Picquier l’an dernier : un beau récit diffracté sur une fin d’adolescence en Corée du Sud, en des temps troublés (début des années 80, dictature), et dont les souvenirs ont été refoulés par l’auteur ; devenue écrivaine, à la faveur de messages d’anciennes camarades qui agissent comme de violents rappels de piqûre, elle interroge sa mémoire. Un livre notamment sur les rapports conflictuels avec les autres qu’induit une littérature qui entend rendre compte d’un passé dont ils font partie, et sur ce que la littérature, tributaire de la mémoire, peut apporter ou non d’éclaircissements et d’apaisement aux souvenirs les plus douloureux.

Ce soir direction Valparaiso ! https://t.co/iteBs7BV6k
2hreplyretweetfavorite
RT @CulturezVous: Le #concert de @ValparaisoMusic c'est ce soir au @Cafedeladanse ! Nous y serons ! Et vous ? ➡https://t.co/eYRL3aQHYt http…
6hreplyretweetfavorite
C’était hier et c’était bien. Monsieur Thurston Moore les amis. On se revoit bientôt au Café de la Danse demain soi… https://t.co/Wk6Gw26Ij5
© 2017 - Comment Certains Vivent